screen

Télécharger Desmodium adscendens en PDF

 

DesmodiumLe Desmodium adscendens (appelé aussi D. procumbens) est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Fabacées (ou Légumineuses) originaire des zones équatoriales d'Afrique et d'Amérique, mais elle est beaucoup plus étendue sur la côte tropicale africaine, où on peut la trouver à l'état sauvage. Il s'agit d'une plante rampante avec des longues tiges qui peuvent s'enrouler autour des troncs des palmiers à huile ou des cacaoyers. Il possède des feuilles trifoliées alternes, des petites fleurs violacées et le fruit en forme de gousse verte articulée qui peut mesurer entre 10 et 25 centimètres de long. Le desmodium est aussi connu sous les appellations “amor seco, amor-do-campo, pega pega, burbur, manayupa, mundubirana, mundurana, owonobocon, dipinda dimukuyi, dusa karnira, barba de boi”.

Cette légumineuse est utilisée par les tradipraticiens africains pour traiter différents troubles hépatiques, de l'ictère aux hépatites virales et toxiques, voire les lésions du foie. Au Ghana, la décoction des feuilles est un remède populaire pour l'asthme bronchique, la constipation, la dysenterie et la colique abdominale. En Côte d'Ivoire, Cameroun et Sénégal, Desmodium adscendens est employé pour traiter l'ulcère stomacale et la constipation. Au Vénézuela, les feuilles broyées de desmodium sont utilisées principalement contre l'épilepsie, mais aussi pour traiter l'asthme, la leucorrhée, l'inflammation des ovaires, les douleurs musculaires, la polyurie et la diarrhée, comme au Brésil et en Colombie. De manière générale, on emploie la partie aérienne de la plante avec les tiges, les feuilles et les fleurs.

De nombreuses études scientifiques (Addy, McManus, Tubéry, Burka) ont été menées afin d'étudier les principes actifs du Desmodium adscendens. La chromatographie en couches minces permet l'identification de dérivés de la tryptamine, des flavonoïdes (vitexine et isovitexine), des saponines (soyasaponines I et II, deshydrosoyasaponine I), des anthocyanines, des polyphénoles, des tanins, des terpènes, des acides gras insaturés et des traces d'alcaloïdes.

Foie humainCes principes actifs présentent une grande efficacité, car les symptômes habituels de l’hépatite (fatigue, céphalé, perte de l'appétit, teint jaune, etc.) disparaissent à une vitesse spectaculaire, mettant en évidence la puissance hépato-régénératrice de la plante. Les paramètres biologiques (transaminases, gamma GT, bilirubine...) se normalisent avec un gain de temps de 20 à 50% en comparaison avec les cas non traités avec desmodium. Dans le cas des hépatites graves, par exemple, on observe une normalisation du taux des transaminases hépatiques dès le premier mois de traitement. Dans les hépatites virales, le Desmodium adscendens n'attaque pas directement le virus impliqué, mais il empêche la destruction des cellules hépatiques. L'hépatite C est un cas particulier dû, en partie, à sa phase de début très peu parlante, avec des symptômes similaires à ceux d'un état grippal.

De par son effet hépatoprotecteur, le desmodium est d'une aide précieuse dans tous les cas de chimiothérapie (suppression ou diminution des nausées, vomissements, inappétence), même dans la prévention des risques iatrogènes comme conséquence de l'association de différents médicaments de synthèse, comme les neuroleptiques, les somnifères, les psychotropes, les antiviraux, voire la pilule contraceptive. De même, il peut être d'une grande utilité contre l'alcoolisme (en supprimant, évidemment, la consommation d'alcool) et en cas d'exposition aux toxiques tels des solvants ou des peintures à base de toluène, benzène ou trichloréthylène, par exemple.

AsthmeLes résultats obtenus par les scientifiques Addy et Burka suggèrent que le desmodium possède des nombreuses substances actives inhibitrices de la contraction des muscles lisses des voies aériennes, ce qui peut être largement mis à profit en cas d'allergie et d'asthme. En effet, des extraits aqueux et éthanolique des feuilles administrés par voie orale réduisent les contractions anaphylactiques, s'opposent aux contractions induites par l'histamine et réduisent la quantité de substances stimulant le muscle lisse des tissus pulmonaires. Les tests effectués en laboratoire démontrent que l'effet de relaxation des muscles bronchiques intervient très rapidement (en un ou deux minutes). Ses composants activent une enzyme cellulaire, la cyclooxygénase, et augmente la production de prostaglandines myorelaxantes. Le desmodium active également les canaux de potassium, lesquels jouent un rôle important dans la régulation de la tonicité des muscles lisses des voies aériennes. Cette action relaxante sur les muscles lisses des voies respiratoires se manifeste aussi sur la contraction musculaire d'autres parties du corps, ce qui pourrait expliquer que le desmodium soit utilisé traditionnellement pour soigner les douleurs et spasmes musculaires.

DesmodiumFinalement, l'usage traditionnel du desmodium contre l'épilepsie a suscité une recherche sur l'action neuroprotectrice de cette plante. Elle a montré que sur des souris intoxiquées au pentylène-tétrazole (PTZ), le desmodium supprime la phase tonique de convulsion ainsi que la mortalité induite par le PTZ. En France, cette intéressante donnée a été exploitée au plan thérapeutique et les premiers résultats sont encourageants.

Le Desmodium adscendens se trouve dans le commerce sous différentes formes galéniques: plante sèche, capsules, teinture mère, extrait... Il peut être associé à d'autres plantes hépatiques comme le chardon marie, le romarin ou le Chrysanthellum indicum. L'absence de toxicité de la plante a été démontrée, mais elle peut avoir un effet laxatif à doses élevées. Il est préférable de consulter votre médecin ou thérapeute afin d'établir la dose adéquate dans chaque cas.

* Les conseils ci-dessus n'excluent ni ne remplacent tout traitement médical ou pharmacologique.

POUR EN SAVOIR PLUS:

  • ADDY M.E., AWUMAY E.M.K. Effects of the extracts of Desmodium Adscendens on
    anaphylaxis.
    Journal of Ethno pharmacology II pp. 283-292- (1984).

  • ADDY M.E, BURKA J.F. Effect of Desmodium Adscendens fraction 3 on contractions of
    respiratory smooth muscle.
    Journal of Ethno pharmacology 29 (3) pp 325-335- (1990).

  • HEARD Olivier. Contribution à l’étude du Desmodium Adscendens : chimie et
    pharmacologie.
    Thèse de pharmacie (Université de Tours – France) (1994).

  • Pr. KEITA Arouna. Protocole et essais clinique sur le Desmodium Adscendens. Institut de
    Médecine Traditionnelle – Hôpital de Bamako (Mali) (1995).

  • Pr. GRANDI Mauricio. Studio preliminare sull’attivita epatoprotectrice di Desmodium
    adscendens.
    Ecole de Médecine de Turin (Italie) (1995).